PRESENTATION DU TRAVAIL

Ma pratique de l’image photographique se construit en plusieurs temps.

Le premier consiste à chercher un lieu, souvent d’accès non libre, me permettant de constituer une archive sur des périodes de prise de vues assez longues (plusieurs années) . Ces lieux – qu’ils soient des carrières en activités ou des chantiers en rénovation – sont structurellement en pleine mutation, provoquant là même une radicale confrontation des temps. Le vécu, l’immersion voire l’épuisement du lieu sont à la base de mes photographies. Ces explorations photographiques aboutissent à l’exposition d’un ensemble d’images in situ en collaboration avec les acteurs du lieu. L’exposition permet ainsi non seulement la confrontation directe des images au lieu mais aussi, parfois, la mise au jour en accès libre de celui-ci. La résistance du réel, la résistance de la matière organique ou minérale à la transformation, le bouleversement des matériaux, des formes, renvoient à la dimension ontologique de l’image, interroge la mémoire, le rapport à nos «ma-patrimoines» naturels, historiques, personnels.

Le deuxième temps, correspond à un travail décontextualisé en atelier et questionne le medium photographique lui-même. À partir de la matière première photographique imprimée et contrecollée, je me confronte non plus à la réalité mais à sa représentation. J’engage alors un travail plastique sur les images. et procède à une délamination par endroit, de la couche supérieure imprimée du papier. Le délaminage fait apparaître l’aspect cotonneux du papier, ancre l’image dans une réalité physique d’objet.
Suivant les sources de lumière et le déplacement du spectateur, l’image disparaît laissant exister de nouvelles formes, une tension entre mémoire du réel et abstraction. L’ambition d’un synthèse entre le photographique, le sculptural et le pictural.

Clothilde Auger's practice of the photographic image is built over several stages.

"The first consists in looking for a place, often of non-free access, allowing me to constitute an archive over fairly long shooting periods (several years). These places - whether they are active quarries or renovation sites - are structurally changing, provoking a radical confrontation of the times. The experience, the immersion and even the exhaustion of the place are the basis of my photographs. These photographic explorations result in the exhibition of a set of in situ images in collaboration with the actors of the place. The exhibition thus not only allows the direct confrontation of the images at the place but also, sometimes, the free access to it. The resistance of reality, the resistance of organic or mineral matter to transformation, the upheaval of materials and forms, refer to the ontological dimension of the image, questions memory, the relationship to our natural, historical, personal heritages.


The second phase corresponds to a decontextualized work in the studio and questions the photographic medium itself. From the photographic raw material printed and laminated, I no longer confront reality but its representation. I then engage a plastic work on the images. and delaminates the printed top layer of the paper in places. The delamination reveals the cottony aspect of the paper, anchors the image in a physical reality of the object.
Depending on the sources of light and the movement of the viewer, the image disappears, leaving new forms to exist, a tension between memory of reality and abstraction. An ambition of a synthesis between the photographic, the sculptural and the pictorial."

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s